seniors entrepreneurs

phrase copie

l3 p7

Bien observer est primordial, se poser les bonnes questions aussi. Retour d’expériences avec Pierre Kosciusko-Morizet.

Comment passer de l’envie de créer son entreprise à l’idée pour se lancer ? L’alchimie des meilleurs projets n’est certes pas une science exacte. Mais mieux vaut procéder avec méthode. Quelle est mon offre ? Concerne-t-elle beaucoup de monde ? Est-ce facilement explicable ? Voilà des questions à se poser impérativement avant de tester ses réponses autour de soi. Petit manuel pour bien commencer.

Identifier un besoin

"Cela ne sert à rien d’avoir une idée révolutionnaire, affirme Yannick Pons, créateur d’Appartager.com, un site de colocation. Moi, je suis parti du fait que les gens n’arrivaient pas à se loger dans les grandes villes." C’est souvent le cas, les meilleures idées naissent d’un besoin évident. Les fondateurs de YouTube ont maintes fois raconté comment ils avaient créé leur portail de partage de vidéos sur Internet : il était compliqué d’échanger ces fichiers auparavant. Dix ans plus tard, 1 milliard de personnes utilisent cette plateforme et 300 heures de vidéos sont "uploadées" chaque minute sur le site. Plus récemment, la start-up Sigfox a fait le pari de développer un réseau mondial de transmission à faible consommation énergétique pour les objets connectés. Et comme il y en aura 80 milliards en 2020, les investisseurs ont suivi. La société toulousaine vient de lever 100 millions d’euros.

Créer un nouvel usage

"Lorsque je vivais à Marseille, dans ma rue, trois familles partageaient les frais d’une voiture à l’aide d’un tableau Excel, raconte Paulin Dementhon, le fondateur de Drivy. J’ai lancé un site d’auto-partage avec 5 000 euros, et je l’ai amélioré au fur et à mesure en intégrant de nouveaux services, comme l’assurance." Quatre ans après sa création, la société compte 400 000 membres qui partagent 20 000 véhicules. Evidemment, l’essor d’Internet offre des opportunités insoupçonnées il y a quelques années. Comme Drivy, BlaBlaCar est une interface fluide entre un stock, des places disponibles dans des voitures, et des particuliers en quête de déplacement. Le modèle peut se décliner à l’infini dans la location de bateaux (Click&Boat), d’appartements (Airbnb) ou tout autre bien (Zilok). Mais nouveauté ne rime pas forcément avec Internet. Damien Morin a eu l’idée de créer Save my Smartphone au vu des nouveaux forfaits mobiles sans engagement, pour s’imposer sur le marché de la réparation express des téléphones sans rendez-vous.

Réinventer un business

Pas la peine d’être polytechnicien pour avoir l’idée du siècle. Le plus jeune entrepreneur d’Europe, -Jordan Casey, 15 ans, a eu l’idée de lancer Teachware pour aider les enseignants de son école primaire à gérer les informations concernant leurs classes : notes, devoirs… Thierry Debarnot mettait ses copies et ses cours en ligne pour gagner un peu d’argent grâce à la publicité de Google. Aujourd’hui, il propose une douzaine d’applications gratuites pour réussir son bac, passer son code, ou s’entraîner pour le TOEFL. "La société emploie 50 personnes, et elle est en croissance de 30 % par an", raconte-t-il. C’est après avoir organisé une cagnotte sur le campus d’HEC que Céline Lazorthes a lancé Leetchi, un site pour réunir des fonds en vue d’un mariage, d’un anniversaire ou d’un voyage. La bonne idée peut aussi consister à baisser les coûts d’un business, comme TransferWise pour le transfert d’argent, ou Lending Club pour les prêts financiers. "A l’été 2006, j’ai lu mon relevé bancaire, ce que je ne fais jamais, raconte Renaud Laplanche, le fondateur de cette start-up valorisée 4 milliards de dollars. J’ai découvert que si je reportais le solde de ma carte de crédit sur le mois suivant, je devrais payer un taux d’intérêt de 18 %. Le même jour, j’ai regardé mon relevé de compte d’épargne : la rémunération était de moins d’1 %. Cela a fait tilt." Autrement dit, le déclic.

Source : http://www.challenges.fr/creation-d-entreprise/20150309.CHA3689/faut-il-trouver-l-idee-du-siecle-pour-creer-son-entreprise.html

Submit to FacebookSubmit to Google PlusSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn