seniors entrepreneurs

phrase copie

actu3b

Jusqu’alors réservés aux étudiants, les dix incubateurs de l’école de management sont accessibles depuis le 1er juin à tous les porteurs de projet

 

Si les équipements dédiés à l’incubation se multiplient à Paris, les régions ne sont pas en reste. L’école de management IFAG, qui a décidé de faire de l’entreprenariat la colonne vertébrale de sa formation, tend la main aux créateurs de start up qui souhaiteraient profiter de son maillage territorial très dense.

Depuis le 1 er juin, ses incubateurs adossés à ses dix campus de France — Lyon, Toulouse, Auxerre, Nantes, Montluçon, Nîmes, Bordeaux, Amiens, Paris, Lille — sont en effet accessibles à tous les porteurs de projet et plus seulement à ses étudiants. « Nous avons d’abord eu des demandes d’anciens élèves qui souhaitaient continuer à bénéficier d’un accompagnement pour créer leur société », explique Dominique Lemaire, directeur national du réseau IFAG. Rapidement, s’est imposée l’idée de viser un public plus large, notamment les cadres en activité, les demandeurs d’emploi et les seniors. « L’important, c’est d’avoir l’esprit d’entreprise, quel que soit son âge », affirme Dominique Lemaire. C’est aussi la seule condition pour candidater.

Pas de sélection à l’entrée

« Contrairement à d’autres incubateurs qui cherchent à assurer un certain taux de réussite, nous ne mettons pas en place de sélection à l’entrée pour donner sa chance à chacun », remarque Dominique Lemaire. Une fois accueilli dans un incubateur, le porteur de projet bénéficie de l’aide d’experts et des conseils de professionnels sur des thématiques aussi variées que la créativité, le business plan, l’environnement juridique ou la levée de fonds.

L’IFAG propose deux formules. La première inclut l’accompagnement et l’hébergement dans les bureaux des dix antennes de l’école. Les porteurs de projet se voient un attribuer un mentor professionnel, participent à des ateliers communs, notamment sur l’apprentissage des techniques du pitch, et bénéficient de douze heures d’accompagnement général. Douze heures supplémentaires sont consacrées à l’expertise sectorielle ou métier. Ce module fonctionne à la carte, selon les problématiques rencontrées par les incubés. Il est ainsi possible de faire intervenir des experts en comptabilité, droit, relations presse, propriété industrielle, design. Ou de se faire entourer de professionnels qui décrypteront les codes d’un secteur en particulier comme le textile, la restauration, le web…

Coût : 3 500 euros par projet pour trois associés maximum. Une autre formule ne comprenant pas l’hébergement revient à 1 750 euros. « Nous faisons partie des incubateurs les moins chers du marché », assure Dominique Lemaire.

Mélanger les styles, les âges, les expériences...

Pour faciliter l’accès des incubés aux premières étapes du financement de leur start up, l’institut de formation a récemment conclu un accord avec Investessor, le premier réseau de Business Angels en France, et compte conclure d’autres partenariats avec des structures d’accueil de jeunes entreprises dans les prochains mois.
Au-delà de l’hébergement et des services proposés, l’IFAG souhaite créer une synergie et des échanges entre tous les incubés, qu’ils soient encore étudiants ou non. « Mélanger les publics sera très enrichissant. Notre objectif est de créer une vraie communauté avec une centaine de créateurs ou repreneurs d’entreprises dès l’année prochaine. Nous croyons beaucoup à la force des réseaux », affirme Dominique Lemaire. D’ici septembre 2016, l’IFAG prévoit d’ouvrir quatre nouveaux incubateurs à Laval (Mayenne), Chartres (Eure-et-Loir) et Charleville-Mézières (Ardennes) et sur l’île de La Réunion.

Source : http://etudiant.aujourdhui.fr/etudiant/info/les-incubateurs-d-ecole-de-l-ifag-sont-ouverts-a-tous.html

Submit to FacebookSubmit to Google PlusSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn