seniors entrepreneurs

phrase copie

  Synthèse du Colloque par  MICHEL RIQUIER  
  Administrateur de « Seniors Entrepreneurs »  

Le séminaire a été introduit par la présentation des trois entités organisatrices et les objectifs poursuivis par les sessions, essentiellement la mise en œuvre de solutions pour améliorer les taux d’emploi des jeunes et seniors, l’aide à la création d’entreprises par la complémentarité des savoirs.

La première partie a été consacrée à la présentation d’exemples d’entreprises pour la gestion des âges seniors et jeunes. Plusieurs éléments clés sont ressortis : l’amélioration et la transmission des connaissances, la création d’équipes mixtes aux compétences complémentaires tant au sein des entreprises que dans l’accompagnement à la création.

L’implication des responsables locaux et/ou régionaux, politiques et milieux économiques, se révèle un élément indispensable à l’encouragement des initiatives. Des efforts dans le domaine de l’éducation, pour compléter des bases de connaissances insuffisantes pour intégrer le monde du travail, des conditions fiscales favorables, des modèles proposés aux entreprises pour promouvoir la coopération inter génération, des structures d’accompagnement à la création d’entreprises, initiatives du monde associatif ou de l’autorité locale, la mobilisation de financement de proximité, selon le contexte local identifié ces initiatives sont des composants importants pour restaurer opportunités d’emploi et création de richesse.Lire la suite...

Au plan institutionnel européen, des actions ont été engagées  par plusieurs instances pour sensibiliser et aider les acteurs économiques.  Le recensement par le patronat européen des bonnes pratiques d’entreprises pour l’emploi des plus de 50 ans, les fonds européens pour l’aide à l’emploi et à la formation, dans plusieurs Etats les aménagements du droit du travail pour faciliter l’intégration des jeunes, la communication du CDR vers les instances locales pour la prise en compte des changements démographiques, contribuent à la prise de conscience d’une nécessaire relance de l’activité économique par la réduction du chômage des jeunes et des seniors.

 

Les témoignages des différents intervenants ont montré que des solutions existent pour résorber les taux de chômage des jeunes et seniors, que des initiatives se multiplient pour stimuler éducation et formation aux métiers, faciliter et mieux encadrer la création d’entreprises, mobiliser compétences et moyens financiers, ajuster les efforts au contexte local, organiser la coopération des générations pour la transmission des savoirs.

  Compte-rendu de la matinée  

arton32701Le 30 mai 2013, à Bruxelles, SÉNIORS ENTREPRENEURS, le COMITE DES REGIONS de l’Union Européenne et AGE-PLATFORM EUROPE co-organisaient un colloque sur le thème « Les Seniors Entrepreneurs et l’emploi des Jeunes ». Vous trouverez, ci-dessous, la synthèse de la matinée, des échanges entre divers acteurs européens, actuellement tous très sensibles à cette question.

Ce Colloque a rencontré un grand succès.
Il a réuni plus de 130 participants dont 20 intervenants.

Que tous les participants soient remerciés de leurs interventions qui ont enrichi le débat et ouvert des pistes sur l'avenir.
Le compte-rendu complet du Colloque sera mis en ligne dès sa réalisation.

DGuy 15bans un contexte de crise économique et de chômage croissant, un point commun réunit jeunes et seniors, c’est la difficulté à entrer ou à re-entrer sur le marché du travail, même pour les jeunes diplômés et quelles que soient l’expérience et les compétences des seniors.

Différentes solutions sont proposées que ce soit au niveau macroéconomique ou au niveau microéconomique, mais elles sont souvent controversées.Pourtant il semble qu’un accord existe sur deux points :

  • L’Europe a besoin de personnes qui s’engagent à créer des activités, les postes ne vont pas se créer par génération spontanée ;
  • Il est essentiel de réunir tous les acteurs locaux : entrepreneurs, autorités locales, associations, organismes tels les chambres de commerce et d’industries.

Les témoignages des différents interlocuteurs de la matinée illustrent ces deux pré-requis et soulignent la richesse d’une collaboration entre juniors et séniors ainsi que l’importance des acteurs locaux.

son Écoutez les interventions de la matinée en français ">http://www.seniorsentrepreneurs.eu/images/colloque2013/Colloque_30_05_13_Version_audio_FR_Matin.mp3{/play}     son Listen to the interventions of the morning in English ">http://www.seniorsentrepreneurs.eu/images/colloque2013/Colloque_30_05_13_Version_audio_GB_Matin.mp3{/play}


Les Juniors

2687bDes initiatives diverses nous ont été présentées pour aider à l’insertion des jeunes dans le monde du travail, dont certaines s’appliquent aussi à d’autres catégories de travailleurs vulnérables comme les mères de famille homoparentales par exemple. Nous ont ainsi été exposés :

Le projet CARPO du Bade-Wurtemberg, qui introduit une structure facilitante entre l’entreprise d’accueil et le/la stagiaire pour aider à résoudre les difficultés rencontrées ;

L’accueil par des seniors, pendant une journée, de jeunes ayant un projet professionnel, pour leur permettre de le valider comme cela se pratique en France à l’initiative du MEDEF du département du Val d’Oise ;

Les formations / sensibilisations à ce qu’est la vie dans l’entreprise et ce qui est attendu en terme de savoir-être et pas seulement de savoir-faire, la réalisation de bilans de compétences et d’entretiens d’embauche à blanc, l’accompagnement à l’entrée dans l’entreprise quelle que soit la nature du contrat, également à l’initiative du MEDEF du Val d’Oise.

Les Séniors

DSCF2715b

Le baby-boom d’après guerre s’est transformé en papy-boom. Les seniors partent maintenant à la retraite, mais pour beaucoup le départ à la retraite est précédé d’une période de chômage en fin de carrière. Parallèlement l’espérance de vie augmente, notamment l’espérance de vie en bonne santé et les seniors, pour beaucoup d’entre eux, disposent à ce moment charnière de ressources assurées avec souvent moins de contraintes financières.

DSCF2695bA ce moment-clé de leur vie plusieurs choix s’offrent à eux :

  • Ne rien faire et simplement profiter de leur liberté, mais très vite ils se sentent isolés, leur réseau s’évanouit, ils se sentent inutiles et quel gâchis de compétences et d’expériences inutilisées pour la société !
  • S’engager dans des activités de bénévolat associatif, ou répondre aux propositions de mécénat de compétences dont nous avons eu des exemples très riches présentés par Schneider et GDF Suez, deux options qui permettent de maintenir dynamisme et acquis des compétences, voire d’en développer de nouvelles, mais qui ne garantissent pas immédiatement la création de nouveaux emplois ;
  • Travailler en free-lance ou créer sa propre entreprise individuelle, par exemple, en France, avec le statut d’auto-entrepreneur, Cette solution permet de maintenir un senior en activité mais ne participe pas directement à la création de nouveaux emplois.
  • Constituer au sein de l’entreprise des équipes mixtes : juniors – seniors, ce qui renforce la productivité des équipes par la complémentarité et la transmission d’expérience et de compétences réciproques induites et peut être un tremplin pour de nouvelles embauches, politique qui contribue largement au succès de Hazel Heartwood ;
  • Suivre la voie proposée par Seniors Entrepreneurs. Le concept repose sur les fondements suivants :
    • Une équipe managériale autour d’un porteur de projet de création ou de reprise d’une entreprise, avec toutes les compétences requises pour assurer de façon efficiente la gestion de l’entreprise dans ses différentes composantes ;
    • Une équipe multi générationnelle où chacun a à apprendre de l’autre, jeune et senior, que les jeunes soient associés ou salariés ;
    • Une implantation locale pour pouvoir bénéficier de tous les supports et partenariats utiles au plus près de l’entreprise,
    • Un objectif d’employer des jeunes et de garantir la pérennité de l’entreprise en valorisant les compétences des seniors et en préparant d’emblée la transition future.

La collaboration de tous les acteurs locaux

2708bPlusieurs intervenants ont souligné l’importance de cette collaboration qui a été illustrée par deux expériences présentées par la DIRECCTE du Val d’Oise (Direction régionale des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l’emploi) :

  • La création d’outils pour aider les managers à évaluer et à gérer le vieillissement actif au sein de l’entreprise et pour soutenir la transmission des savoir-faire en situation de travail ;
  • Les trophées Trajectoires destinés à reconnaître et récompenser des pratiques exemplaires mises en œuvre par des employeurs publics et privés qui œuvrent en faveur d’une approche intergénérationnelle des ressources humaines, en favorisant le retour et ou le maintien en emplois des seniors.

    Pour être optimisées, ces initiatives et actions au sein de l’entreprise ou au niveau local ou régional doivent pouvoir s’appuyer sur un cadre national favorable à cette solidarité intergénérationnelle :

    • La mise en œuvre des contrats de génération en France destinés à favoriser l’emploi conjoint en CDI de juniors et de seniors
    • (Un moment de convivialité...)
    • Une fiscalité qui facilite la transmission d’entreprise, une formation et un accompagnement des chefs de petites structures pour les aider à préparer leur entreprise à cette transmission (vision, stratégie, politique marketing notamment), des conditions d’emplois flexibles et des charges sociales réduites pendant la période de passage de relais, comme l’a rappelé l’élue de la région Bruxelles – Capitale, qui souhaite également
    • Le déploiement du système dit « Tante Agathe » qui existe aux Pays-Bas et en Flandres et permet à des seniors d’aider financièrement un de leurs proches, parent, ami, voisin, facilitant ainsi le recours par le créateur à des financements bancaires, en bénéficiant pour eux-mêmes d’avantages fiscaux,

DSCF2710bDes initiatives européennes existent également, comme l’a rappelé le Directeur des Affaires Européennes des Eurochambres. Erasmus permet à de jeunes entrepreneurs -et dans ce cas un créateur d’entreprise aux cheveux gris est aussi un jeune entrepreneur- de bénéficier d’une formation et d’un accompagnement assurés par un entrepreneur du même secteur d’activités mais d’un autre pays.

En conclusion de cette matinée fort riche nous retiendrons deux slogans cités respectivement par l’entreprise Schneider et par GDF Suez et trois recommandations qui ressortent de l’ensemble des interventions :

  • Pour créer une entreprise, quel que soit l’âge, il faut « Avoir envie et être courageux »
  • Ne pas oublier la dimension humaine dans toute entreprise « by people, for people ».
  • Améliorer la formation de base des jeunes et leur formation professionnelle (savoir-faire et savoir être).
  • Communiquer sur tous les exemples de bonnes pratiques, mais aussi sur les échecs et les difficultés rencontrées pour apprendre à les surmonter et, pour reprendre les propos cités du dernier Prix Nobel Belge, âgé de plus de 95 ans, être responsable et prendre ses responsabilités, ne pas avoir peur des risques de pénurie annoncés.
  • Promouvoir l’or gris non seulement dans et par l’entreprise mais aussi sur le plan social et sociétal en général, en favorisant tous azimuts le dialogue intergénérationnel.

 Compte-rendu de l'après-midi 

son Écoutez les interventions de l'après-midi en français ">http://www.seniorsentrepreneurs.eu/images/colloque2013/Colloque_30_05_13_Version_audio_FR_Apres-midi.mp3{/play}     son Listen interventions afternoon English ">http://www.seniorsentrepreneurs.eu/images/colloque2013/Colloque_30_05_13_Version_audio_GB_Apres-midi.mp3{/play}
Submit to FacebookSubmit to Google PlusSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn